60 Partages

Nouvelle interview d’éleveur ! Décidément le sud de la France recèle beaucoup d’élevages de qualité, car aujourd’hui nous allons à Toulouse pour en apprendre plus sur Rémy de l’élevage Original-Scales 🙂

Depuis combien de temps l’élevage existe-t-il ?

À la base nous avons créé l’élevage en 2012 avec Fabrice que certains connaissent. Il y a environ 3 ans, notre marseillais ayant toujours eu la mer dans le cœur, est donc naturellement parti la retrouver pour son plus grand bonheur. Depuis la création nous avons essayé de sélectionner des souches et des individus pour leur beauté et leur potentiel génétique. Je m’efforce encore aujourd’hui de garder ce cap.

Le but de l’élevage a toujours été de se faire plaisir et je m’adonne corps et âme à cette tâche.

D’où te vient cette passion des reptiles ?

Les reptiles, comme beaucoup d’autres animaux m’ont toujours fasciné, je ne sais pas vraiment pourquoi.
J’ai l’impression que naturellement les enfants ont une certaine curiosité pour le monde animal, peut-être que certains comme moi étaient, disons, un peu dans l’excès.

Ayant grandi à la campagne entouré d’écailles (car il y a 20 ans il y avait encore des reptiles partout), j’ai donc pu nourrir ma passion sans limites.

Mes parents ont toujours compris ça et ne m’ont jamais entravé, grâce à eux j’ai eu mon premier serpent en captivité à 13 ans, il y a 18 ans déjà.

Depuis je n’ai jamais vécu sans Ophidiens et ma vie personnelle et professionnelle tourne autour de cet univers.

As-tu une mutation préférée chez les Gutt ?

Le souci c’est que comme on le sait tous, les goûts évoluent avec nous, avec notre expérience, notre humeur, notre passé, nos influences…

Ce qui me plaît aujourd’hui ne me plaisait pas forcément hier et pas forcément demain.

Depuis quelques années je suis revenu aux « bases », notamment les Okeetee qui me fascinent par leur intensité de couleur et de contraste. De plus c’est une sélection, ce qui donne plus de liberté pour jouer et accentuer certains traits d’une mutation. C’est un peu la pincée de sel sur un plat, ça lui permet de le sublimer en libérant tous ses arômes.


En termes de mutations, j’aime beaucoup tout ce qui est piedside, palmetto, tessera, coral ou salmon snow et certaines scaleless qui font partie de mes favoris.

Comment choisir ?

Des projets de reproduction particuliers ?

Beaucoup trop, les priorités sont difficiles.

Quelques projets suscitent mon intérêt depuis quelques années et devraient bientôt voir le jour, j’ai le temps pour d’autres.

En gutt j’aimerais obtenir entre autre :
Ultramel Okeetee, Lava Okeetee, Anery Okeetee, Tessera salmon snow Okeetee, Bloodred Okeetee, Coral ghost, Motley bloodred piedside…

Comme vous pouvez le constater l’Okeetee est omniprésent.

Ce sont des projets qui sont relativement « simples », c’est sur la qualité de la sélection qu’il va falloir être rigoureux.

Quelles sont les espèces hors Gutt que tu élèves ?

C’est mon plus gros problème, j’aime tout. J’ai un deuxième problème, ma femme et mon fils sont aussi passionnés que moi.

Entre le budget, la capacité de pouvoir tout maintenir convenablement et l’aspect réglementaire (même pour un capacitaire), il faut arriver à se raisonner et pouvoir tout concilier.

Mais on maintient un parfait équilibre qui nous permet d’avoir : Lampropeltis (stuarti, hondurensis, nelsoni), Gonyosoma prasinum, Boa imperator, Orthriophis taeniura, Pogonas vitticeps, des oiseaux, des insectes et des poissons qui sont ma principale passion.

As-tu une espèce coup de cœur parmi celles que tu élèves ?

L’espèce qui sera la première à jamais dans mon cœur ce sont les Zamenis situla. C’est le serpent qui m’a donné envie de devenir terrariophile. Une photo qui a changé ma vie…

Je n’en ai plus depuis quelques années, mais je pense en reprendre un jour.
En ce moment ce sont les Gonyosoma prasinum. C’est un serpent tellement beau, curieux, actif. C’est vraiment très intéressant à observer et à maintenir.

Sinon il n’y a rien qui m’apporte plus de satisfaction que de m’installer devant mon aquarium et voir l’Arowana évoluer et interagir avec les autres poissons.

Y-a-t-il des valeurs particulières que tu souhaites transmettre à travers ton élevage ?

Soyons lucide, en chaque terrariophile il y a un paradoxe que nous essayons en vain d’éliminer.
Celui d’aimer les animaux et les maintenir en captivité.

Le plus gros souci (si on exclut l’éthique), c’est la subjectivité et le manque d’informations de chacun par rapport aux différents besoins des espèces.

J’essaye de mon côté de faire au mieux pour que les conditions optimales soient respectées et leur assurer un bien-être relatif. Le but étant de minimiser l’impact négatif qu’induit la captivité.

Si vous avez un peu d’éthique et les moyens je pense qu’aucun animal n’est inaccessible.

Et surtout le plus important, faites ce qui vous plaît !!
Ne regardez pas ce qui vous remplira les poches mais ce qui vous remplira le cœur.
La frontière entre éleveur passionné et éleveur est très fine parfois.

Merci à Rémy d’avoir répondu à ces questions ! Vous pouvez suivre ses projets de reproduction sur la page Facebook Original-Scales ou sur le site internet.

60 Partages
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.